Les 4 enjeux de la collecte

  • Un moment clé. 4 enjeux. Des acteurs solidaires

  • 1. L'approvisionnement en continu
    Une collecte toutes les 48h, qu'il neige ou qu'il vente !

    La vache ne s’arrête jamais de produire

    En moyenne, 6 800 litres par an à raison de deux traites par jour. Si on ne la trait pas, la vache souffre.

    Le lait est une matière première périssable

    Le lait est une matière vivante. Donc fragile et périssable. Il doit être transformé au plus tard 72 h après la traite.

    La capacité de stockage à la ferme est limitée

    Il existe des tanks à lait de capacités différentes, néanmoins, quand celui-ci est plein, le reste de la traite est perdue...

    Les laiteries ont besoin d’apports réguliers en lait

    pour assurer la continuité du process de transformation.

  • 2. Le respect de la chaîne du froid
    4°C, du tank à la laiterie en passant par le camion-citerne

  • 3. La gestion du temps
    3h entre la collecte du tank à la ferme et la livraison à la laiterie

  • 4. Le contrôle de la qualité
    Un gage de sécurité et d'excellence

    Comment contrôle-t-on ?

    • Un échantillon est prélevé (en manuel ou par système automatique) au moment de l'enlèvement du lait
    • Par un chauffeur qui a été formé
    • L’échantillon est placé dans un panier réfrigéré
    • L’analyse se fait de façon inopinée en laboratoire
    • Les résultats sont transmis sous 48h au fermier et à la laiterie via un système informatisé (INFOLABO)

    Que contrôle-t-on ?

    • Le taux de matière grasse
    • Le taux de matière protéique
    • Le nombre de germes et de cellules
    • Le point de congélation (absence d’eau ajoutée)
    • La présence d'antibiotiques

     

Radioscopie d'une collecte

  • Une tournée
    • La rationalisation des tournées permet un gain de temps et une économie de fuel.
    • Certaines entreprises sont dotées d’outils informatiques permettant d’optimiser les tournées.

     

    Une collecte en moyenne, c'est :

    •  75 km parcourus        
    • 15 000 litres collectés
  • En région
    • On produit et on collecte du lait dans toutes les régions de France !
    • Les entreprises coopératives collectent 54% du lait de vache et 62% du lait de chèvre; le reste du lait est collecté par des entreprises privées.
    • Dans 8 des 9 bassins laitiers, les coopératives sont majoritaires ou en nombre équivalent par rapport aux entreprises privées.

    Carte de la collecte

  • Saisonnalité
    • La collecte est une activité qui varie en fonction des saisons.
    • En France, lpic de collecte a toujours lieu au mois de mai.
    • Il est directement corrélé au fait que la production de lait est inégale selon les périodes de l'année. En effet nos systèmes d'élevage prévoient les vêlages et la mise à l'herbe des vaches au début du printemps (mars), quand l'herbe ne cesse de pousser ! 
    • Cette saisonnalité est plus marquée en France qu'en Allemagne, et moins qu’en Irlande ou en Nouvelle-Zélande. 

Solidarité entre les acteurs

La collecte est le pivot, le maillon entre la production et la transformation. Elle illustre parfaitement la notion de chaîne solidaire autour de la matière première lait :
  • L’intérêt commun d’avoir un lait de qualité supérieure
    La qualité du lait est le gage de la qualité des produits laitiers en termes organoleptiques et de sécurité.
  • Echanges de bons procédés entre les laiteries
    Les laiteries optimisent leur collecte. Elles peuvent collecter un éleveur présent sur leur zone de collecte, qui dépend pourtant d'une autre laiterie.
  • La collecte crée des liens !
    Mus par cet intérêt commun, les différents acteurs s'efforcent de trouver des solutions pour pouvoir collecter le lait en toute circonstance. Les éleveurs aménagent par exemple une plate-forme "tout terrain" à proximité du tank, pour accueillir le camion-citerne. Par temps de neige, ils s'entraident pour permettre le passage du camion...
La collecte sous la neige
Crédits : France 3 Haute Normandie