Un modèle original, marqué par sa diversité

Un grand nombre d'acteurs

Pluriels par leur taille (PME ou groupes internationaux), par leurs types de productions, mais également par leurs statuts (entreprises, coopératives ou sociétés commerciales), les acteurs de la transformation sont aussi bien répartis sur l'ensemble des régions laitières. A contrario, les Pays-bas, le Danemark ou la Nouvelle-Zélande, autres grands pays laitiers, ne comptent qu'une seule structure de transformation ! La raison : la taille de ces pays, comparable à celle d'une région française.

650 site de transformation en France

Des statuts mixtes

Le modèle laitier français est mixte : entreprises privées et coopératives se partagent le marché. Si leurs structures et leurs modes de fonctionnement sont différents, leur objectif est le même : valoriser le lait et offrir des produits de qualité.

carte des transformateurs

Carte d'Europe de la transformation

 

Qu'est-ce qu'une coopérative ?

Une coopérative laitière est une entreprise collective où des producteurs laitiers ont mis en commun leurs moyens financiers et matériels pour développer leurs exploitations, valoriser et vendre leur lait dans une logique de long terme.

Fondée sur les valeurs de solidarité, d'équité et de responsabilité, une coopérative peut avoir la taille d'une PME ou d'une multinationale.

Quelques exemples de marques coopératives : Cœur de Lion, Candia, Entremont, Le Rustique, Mamie Nova, Soignon, Yoplait…

 

Quelles différences entre coopératives et entreprises privées ?

La différence fondamentale concerne les propriétaires de la structure. Pour les coopératives, ce sont les producteurs de lait eux-mêmes (les associés-coopérateurs). Alors que pour une entreprise privée, ce sont les actionnaires.

Les coopératives valorisent la totalité du lait fourni par les associés-coopérateurs. De leur côté, les entreprises privées passent des accords avec les producteurs sur les volumes qu’elles achètent.

Quelques chiffres

Industriels privés

  • Près de 400 usines
  • 46% du lait de vache collecté
  • 55% du lait de vache transformé

Coopératives laitières

  • Plus de 260 coopératives
  • 45 000 associés-coopérateurs
  • 54% du lait de vache collecté
  • 45% du lait de vache transformé

 

Des acteurs de toutes tailles, présents sur tous les marchés

Des très petits aux très grands, les acteurs de la transformation couvrent l'ensemble des segments de marché.

  • Des fruitières

    Les fruitières sont des petites coopératives de fabrication de fromage, regroupant des producteurs locaux.

    Nées au XIIIè siècle dans certains villages des Alpes et du Jura, elles se situent principalement en Franche-Comté et en Savoie. On en dénombre environ 200. Elles concentrent l'essentiel de leur activité dans la transformation du lait en fromage AOP.

    Fortement liées au territoire, elles contribuent à préserver la diversité de l'offre des produits et des savoir-faire laitiers français. Par exemple, en 2013, les acteurs de la  filière comté ont exporté 4323 tonnes de fromage soit 8% de leur production.

  • Des PME laitières

    Les PME laitières françaises sont souvent le fruit de la volonté d’une famille de faire perdurer une tradition ancestrale. On en recense actuellement environ 370, réparties sur tout le territoire. Leur marché est régional ou national.

    Confrontées à une concurrence accrue des grands groupes européens, voire mondiaux, elles se regroupent de plus en plus pour améliorer leurs performances tout en cherchant à conserver la typicité de leurs produits.

  • Des groupes mondiaux

    Pour certains créés à la fin du XIXème siècle pour faire face au développement de la consommation dans les centres urbains, les groupes français ont su s'adapter à la mondialisation.

    Cinq figurent aujourd'hui dans le top 25 mondial.

Un modèle facteur d'équilibre pour le monde rural

La grande diversité des transformateurs permet de maintenir une activité harmonieusement répartie dans la quasi totalité des régions françaises.

650 sites de production, 56 500 emplois

La plupart des sites de transformation sont implantés en zone rurale, à proximité immédiate des lieux de production, et ce, pour des raisons logistiques. Matière première fragile, le lait doit être transporté dans les 72h à la laiterie à un coût acceptable, tant sur le plan financier qu'environnemental.
 
Les laiteries jouent donc un rôle capital dans le maintien du tissu économique et de l'activité des campagnes. Une activité pérenne, étant donné le caractère peu délocalisable des fermes laitières et des prairies et cultures qui fournissent l'essentiel de l'alimentation du troupeau.
 
Le partenariat, noué depuis de nombreuses années avec les six ENIL (Ecoles Nationales de l'Industrie Laitière, établissements du Ministère de l'Agriculture) est un élément essentiel du dynamisme de la formation professionnelle du secteur. D'abord dédiées à la formation initiale, celles-ci jouent un rôle essentiel dans la transmission des compétences clés. Notamment en apprentissage, comme c'est le cas de la licence professionnelle Produits laitiers, mise en place à la demande de la profession.

Un modèle qui génère de la richesse

Saviez-vous que l’industrie laitière était la deuxième industrie agro-alimentaire française derrière la filière viande ? Avec un chiffre d'affaires de 27,2 Mds €, elle est l'un des moteurs de notre économie.

1500 produits laitiers pour satisfaire tous les goûts.

D'où provient la richesse de l'offre de produits laitiers en France ? De la très grande diversité des savoir-faire et traditions laitières régionales d'une part. Du dynamisme des groupes laitiers, d'autre part, dont l'innovation est le moteur. Cette vaste gamme permet aux industriels laitiers de couvrir l'ensemble des segments de marché.

  • Des savoir-faire historiques en région

    La carte de France des produits laitiers AOP
     

  • Un secteur dont l'innovation est le moteur

    1500 produits laitiers, dont 1200 fromages ! Il n'est pourtant pas si loin le temps ou l'on parlait du pays aux 365 fromages...  Chaque jour, l'industrie alimentaire invente de nouvelles recettes et procédés toujours plus savoureux et proches de nos modes de vie : riz au lait allégé, crème fouettée en spray, beurre à tartiner, etc.

    En 2013, l'industrie laitière française a créé 1086 nouveaux produits laitiers et nouvelles variétés, soit une progression de 14% par rapport à l'année 2012. Le segment des ultra-frais est le premier en terme d'innovation, avec 585 nouveaux produits en 2013. Suivent les fromages (390 produits), de la crème (40 produits), du beurre (38 produits) et des laits et boissons lactées (33 produits).

Des produits laitiers à forte valeur ajoutée

Une structure de gamme qui fait la part belle aux produits à plus forte valeur ajoutée.

débouchés du lait

 

75% du lait collecté transformé en produits de grande consommation
(fromages, yaourts, crème... dont 50 bénéficient d'une AOC)

 

25% du lait est transformé en ingrédients pour l'industrie
(poudre de lactosérum, beurre concentré...)

5 groupes de taille mondiale, classés dans le top 25

N°1 

Chiffre d'affaires en 2012 :
20,2 milliards $

N°1 mondial du lait, N°2 mondial du fromage
Marques phares : Lactel Eveil, Président, Société, Galbani...

 

N°4

Chiffre d'affaires en 2012 : 15,0 milliards $

N°1 modial en produits laitiers frais et n°4 mondial du lait

Marques phares : Gervais, Danette, Taillefine, Activia...

N°17

Chiffre d'affaires en 2012 :
5,6 milliards $

1er groupe coopératif français du lait, n°2 mondial des produits frais avec Yoplait

Marques phares : Candia, Grand Lait, Viva, Croissance...

N°18

Chiffre d'affaires en 2012 :
5,2 milliards $

N°1 mondial en spécialités fromagères

Marques phares : Tartare, Saint-Morêt, Caprice des Dieux, Elle&Vire...

N°24

Chiffre d'affaires en 2012 :
3,4 milliards $

Marques phares : Kiri, Vache Qui Rit, Boursin, Apéricube...